Licenciement

ANGTI, encore une agence symbolique de « l’émergence » supprimée par Ali Bongo

ANGTI, encore une agence symbolique de « l’émergence » supprimée par Ali Bongo
ANGTI, encore une agence symbolique de « l’émergence » supprimée par Ali Bongo © 2020 D.R./Info241

Ali Bongo vient de mettre sur le marché de nouveaux chômeurs. Vendredi, en conseil des ministres, il a été décidé de la suppression de la toute puissante Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), une des nombreuses agences créées par Ali Bongo et rattachées à la présidence gabonaise. Née des cendres de l’ancienne Agence nationale des grands travaux (ANGT) et du Fonds routier, l’ANGTI était déjà en proie au licenciement économique de ses agents. Elle a rejoint hier, la longue liste des agences supprimées pour leur inutilité et surtout le goulot d’étranglement qu’elles constituaient pour les finances publiques nationales.

Lire aussi >>> Le Gabon supprime plusieurs agences créées par Ali Bongo pour faire des économies !

De nouveaux chômeurs en perspective pour l’ANGTI qui s’était déjà débarrassé de 105 de ses agents pour raison économique. La célèbre ANGT muée en ANGTI en 2015 avait été mise en place dans l’effervescence de l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo. L’agence devait l’aider à bâtir « l’émergence » du pays par l’entremise de « grands travaux » qu’il ambitionnait pour le Gabon à l’horizon 2025. Le conseil des ministres tenu hier au palais présidentiel par visioconférence a signé l’acte de décès de cette agence et des ambitions dites « émergentes » d’Ali Bongo.

Ali Bongo et Jim Dutton, un des derniers directeurs généraux de l’ex ANGT

Selon le communiqué final ayant sanctionné lesdits travaux parvenu à la rédaction d’Info241, c’est le ministre des Transports, de l’équipement, des Infrastructures et de l’habitat qui a proposé au conseil des ministres qui l’a entériné, « le projet de décret portant suppression de l’Agence Nationale des Grands Travaux d’Infrastructures (ANGTI) ». Sans évoquer les raisons de ce nouveau désamour, l’ANGTI est donc mise à la casse sans aucune forme de procès.

Lire aussi >>> Le Gabon supprime encore plusieurs structures publiques de l’ère Ali Bongo

Une décision qui promet de faire grossir le nombre de déflatés de ces agences présidentielles ou gouvernementales supprimées à tour de bras ces derniers mois, en raison de leur insoutenabilité pour les finances publiques. Car comme le souligne le communiqué, « les personnels agents publics permanents, concernés par cette suppression sont remis à la disposition de leurs administrations d’origine. Ceux des agents relevant du code du travail sont soumis aux dispositions des textes en vigueur ».

Un des visuels d’antan de la défunte agence

En clair, les nombreux agents publics qui y avaient été détachés, regagneront tout bonnement leur fonction initiale d’avant ANGTI. Quant à ceux y ayant trouvé de l’emploi, il faudra qu’il s’accommode de la lenteur qu’affectionne l’Etat pour solder les droits de ses ex-employés. Ces déflatés doivent attendre des mois voire des années pour toucher leur dû après leur mise en chômage forcé, décidée par les autorités gabonaises. Ils rejoindront volontiers, les rangs des 105 employés de l’agence licenciés dernièrement et attente du paiement de leur droits légaux.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article