L’invité de la rédaction

Chérubin Claver Bayonne : « nous allons enjamber le second mois sans salaire à la Poste SA »

Chérubin Claver Bayonne : « nous allons enjamber le second mois sans salaire à la Poste SA »
Chérubin Claver Bayonne : « nous allons enjamber le second mois sans salaire à la Poste SA » © 2020 D.R./Info241

Privés de salaire depuis le mois d’août, les agents de la Poste gabonaise sont dans le désarroi. La rédaction d’Info241 a rencontré le secrétaire général adjoint du principal syndicat des agents, le Synaposte. Chérubin Claver Bayonne revient sur les tensions sociales au sein de l’entreprise d’Etat et milite pour un retour à la sérénité entre les agents et la direction générale. Le patron de la Poste SA, Michael Adende, est par ailleurs accusé de malversations et de détournements par le Synaposte devant de la justice qui demeurerait muette sur ces crimes financiers présumés.



 Quelle est la situation qui prévaut actuellement au sein de la Poste SA ? Quels sont les maux qui minent son fonctionnement ?

Chérubin Claver Bayonne : Bonjour Info241. Nous vous remercions de vous prêter à la Poste SA pour savoir ce que nous endurons. En effet, la situation qui prévaut actuellement au sein de la Poste est que depuis la fin du mois d’août, les salariés ne sont pas payés. Actuellement, nous sommes à une semaine de la fin du mois de septembre. C’est-à-dire que nous allons enjamber le second mois sans salaire et comme vous le savez, en 2018 déjà nous avons passé une année pleine, 12 mois, avec des retards allant de 2 à 3 mois de salaires.

C’est la situation qui donc aujourd’hui met les salariés dans une situation vraiment exécrable. Cette situation comme vous le savez, se prête juste à l’orée de la rentrée scolaire. Nous avons les collègues qui sont menacés par les bailleurs. Certains n’arrivent pas à se soigner et on retombe encore pratiquement dans les mêmes travers qu’en 2018. C’est la situation de lors qui prévaut à la Poste SA.

La Poste a plusieurs goulots la d’étranglement. Depuis 5 ans, le syndicat s’est retourné vers les gouvernants. Nous avons crié haut et fort, le management approximatif et les événements dans la gestion des hommes et de la chose publique. La Poste a changé son objet social et devient à ce jour une entreprise de bâtiments et de travaux publics. Vous pouvez passer devant le ministère de la Communication, vous allez voir comment les travaux sont entrepris à l’extérieur, au bâtiment de Western Union.

Depuis pratiquement 2 à 3 ans, la poste a oublié son objet social qui est la gestion du courrier, la gestion de la caisse d’épargne et du centre des chèques postaux. Déjà autrefois, on avait la banque. Mr le président directeur général actuel a bien été administrateur directeur général de PosteBank. Il a quand même géré cette structure pendant un an et vous savez que c’est au cours de sa gestion que la banque a finalement été liquidée par la Cobac (Commission bancaire de l’Afrique centrale, ndlr). Il a une très grande part de responsabilité dans la déroute de la banque.

Aujourd’hui il y a un liquidateur qui a été nommé par la Cobac mais il ne faut pas qu’on oublie évidemment quelles sont les causes qui nous ont amenées à cette liquidation. Aussi, tout ceci simplement parce que, tous les services et produits à valeurs ajoutées ont été arrêtés. Cela est bien dû à l’incompétence notoire du dirigeant à qui le gouvernement de la République a transféré le pouvoir social pour la relance de la Poste et de PosteBank au demeurant.

Puis, comme vous savez, on devait recentrer les activités autour de deux pôles fondamentaux que sont : le courrier et les colis postaux avec des innovations en appui avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et ensuite le volet financier autour du centre des chèques postaux et de la caisse d’épargne. Tout cela bien-sûr avec le développement des nouvelles technologies pour essayer de booster la croissance dans un environnement très concurrentiel.

En outre, la gestion des hommes. La direction générale a recruté plus de 165 personnes sans adéquation entre les profils des postes et les compétences des personnes recrutées. Pourtant il y a du personnel au sein de la poste, qui aurait pu bénéficier évidemment de certaines formations dans le cadre de la reconversion. Ce qui est triste, c’est qu’on a assisté à des recrutements communautaires qui ont grevé encore plus de finances de la société. Sachant déjà que la société à la base, est en déliquescence financière.

La direction générale a crié à travers les médias pendant 5 ans, d’octobre 2015 à ce jour, qu’elle a redressé la Poste. Jusqu’à ce jour, nous avons toujours mis exergue, l’incompétence de la direction générale quant à la capacité de pouvoir relever la Poste avec non seulement les produits existants, mais aussi avec les produits innovants, les nouveaux produits.

Comment voulez-vous que jusqu’à ce jour, les comptes sociaux de la société, ne soient ni arrêtés, ni audités par les commissions de comptes depuis 2012 ? Est-ce que cela est normal ? La direction générale confisque les salaires de certains employés, au mépris des dispositions des articles 152, 160, 161 et 352 du code du travail. C’est-à-dire que n’assistons là à une direction générale qui s’assoit sur la loi. Alors que, personne n’est au-dessus de la loi. Vous avez des bonifications sectorielles de fin d’année qui sont confisquées depuis 2015 jusqu’à fin 2019. Les accords des 6 février et 26 novembre 2018 sont bafoués au mépris des instructions des plus hautes autorités. La direction générale n’a aucun respect pour sa hiérarchie, les tutelles financières et techniques.

Nous avons autrefois fait référence à la gestion des comptes bancaires de la société par la direction générale parce qu’on jamais vu une société d’État avoir une signature unique. Mais la Poste est un cas exceptionnel où le président directeur général est le seul signataire sur tous les comptes de la société y compris les comptes qui sont domiciliés à l’extérieur du Gabon. Est-ce normal ? C’est cela que nous décrions. C’est la raison pour laquelle nous avons, à travers évidemment nos investigations, constaté toutes les écritures qui pourraient apparentées à des détournements. C’est la raison pour laquelle, nous avons dressé un mémorandum avec l’ensemble de toutes les écritures que nous estimons être des écritures en faux pour effectivement appeler l’attention des plus hautes autorités pour un regard accru sur la gestion de la chose publique, au sein de la Poste SA.

Tenez-vous bien, en octobre 2015 lorsque l’actuel président directeur général monsieur Michaël Adande est arrivé à la Poste SA, il a déclaré qu’il avait trouvé les caisses totalement vides et que la trésorerie était quasiment nulle. Mais à travers, nos investigations nous avons constaté que son prédécesseur avait signé effectivement une convention avec l’État d’un montant de 22 milliards 400 millions avec une clause libératoire.

L’article numéro 3 stipulait clairement qu’à la signature de ce contrat, 5 milliards de francs CFA devait être mis à la disposition à la Poste SA dans le groupe cadre de la relance des activités. En effet, il est arrivé le 15 octobre 2015 et le 19 octobre il y a eu effectivement 258 millions de francs CFA qui ont été mis à la disposition de la Poste SA. Le 21 octobre, 4 milliards 748 ou 52 millions pour le complément. Donc il a bel bien reçu les 5 milliards de francs CFA une semaine après sa prise de fonction. Le 1er décembre, il a reçu 1 milliard de francs CFA. Ce qui faisait 6 milliards de francs CFA et le 21 décembre il a reçu 1 milliard. Ce qui passe la bagatelle somme de 7 milliards de francs CFA qu’il a perçu en l’espace de 2 mois et demi.

Mais si vous vous souvenez, regardez vos archives, les postiers sont restés tout ce trimestre sans avoir un seul salaire payé à date et le salaire de novembre a été payé le 5 janvier. C’est-à-dire que les postiers sont restés sans salaire durant la période des fêtes de fin d’année. Certains postiers ont dû passer la nuit à la belle étoile parce qu’ils n’avaient même pas un seul centime pour pourvoir payer l’électricité et au moins avoir, cette lumière qui est la vie.

La direction générale passe son temps à régler ses comptes à certains employés par le fait qu’ils aient manifestés un certain nombre d’actes que les employés ont jugés incorrects. Est-ce que dans ce pays, il est anormal de dire que le comportement qui m’est infligé est anormal ? C’est le cas à la Poste SA. C’est la raison pour laquelle vous avez constaté les affectations sanctions. Vous allez trouver des hauts cadres qu’on envoie à des postes d’agents d’exécution hors de Libreville dans des coins les plus reculés. C’est à dire que nous avons là un management qui est totalement renversé. C’est l’entonnoir renversée. C’est tout cela que nous décrions. Malheureusement il n’y a aucun son de cloche. Les cris du syndicat, les cris des partenaires sociaux, des délégués du personnel ne sont qu’un coup d’épée dans l’eau.

 Vous venez de faire une demande d’audience. A qui s’adresse-t-elle ? Et quels sont les motifs de cette dernière ?

Chérubin Claver Bayonne : Concernant, la demande d’audience qui a été déposée à la direction générale de la Poste SA, les partenaires sociaux dont les syndicats, les délégués du personnel se sont réunis pour essayer d’examiner la situation des salaires qui demeurent impayés. Nous avons pensé d’abord que sachant que le président directeur général n’est pas joignable, on ne sait pas où il se trouve, il est hors du Gabon depuis plus de 3 semaines. Sachant que les salariés sont en détresse, sans salaire payé, j’ai pris l’initiative en tant que premier responsable, représentant les partenaires sociaux. Nous nous sommes retrouvés. J’ai pris mon téléphone portable nous avons appelé le président directeur général à plusieurs reprises jusqu’aux appels morts, puisque nous avons évidemment entendu la sonnerie.

Nous sommes à un jour et demi des rappels qui ont été effectués. Le président directeur général n’a pas fait signe de vie. Il n’a pas non plus rappelé pour savoir quel était l’objet de l’appel. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, nous avons déposé une demande d’audience en bonne et due forme, l’administration étant écrite. Nous avons estimé qu’il fallait laisser des traces sur les actions que nous menons. C’est la raison pour laquelle nous avons déposé une demande d’audience. Cette audience est simplement relative à la situation des salaires impayés. Nous attendons sa réaction. S’il n’y a pas de réaction, nous allons nous retourner vers la tutelle financière et technique. Nous espérons qu’à partir de là, nous allons avoir un écho favorable.

 Se dirige-t-on vers une nouvelle grève du Synaposte ?

Chérubin Claver Bayonne : Est-ce qu’on se dirige vers une nouvelle grève ? L’action que nous avons menée n’est qu’une action responsable dans le contexte du dialogue social. Nous n’avons quasiment toujours pas la main tendue de la direction générale. Nous les partenaires sociaux, nous estimons que quand quelque chose ne va pas, nous retournons vers cette direction générale pour que nous essayons de dialoguer. Nous sommes l’intermédiaire entre les employés et la direction générale qui imprime le rythme à travers donc les objectifs et du cadrage. Nous espérons beaucoup du gouvernement de la République. Mais ce que nous constatons, il n’y a pas de communication de la direction générale pour les employés. C’est ce que nous déplorons. Nous essayons de faire un effort pour aider la direction générale à corriger les manquements selon le plan de la communication. C’est la raison pour laquelle nous avons pensez déposer une demande d’audience.

Pour la grève, non ! Nous ne nous acheminons pas brutalement vers une grève. Mais une chose vraie, c’est que le désarroi il est total au sein de toutes les instances de la société. De Libreville à l’intérieur du pays, nous recevons des cris de détresse partout. Ce que nous essayons de faire, c’est calmer les collègues pour aider le gouvernement bien-sûr à trouver des solutions idoines et des solutions durables.
Avec la situation qui prévaut actuellement, la direction générale vient une fois de plus de démontrer, son incapacité dans le management, dans la gestion. Comment voulez-vous qu’un personnel qui n’est pas payé depuis plus de 3 mois, depuis plus de 45 jours, une direction générale ne communique pas. Le président directeur général se fait payer un billet par la société et se retrouve hors du Gabon et personne ne sait de quoi sera fait demain. Est-ce normal ? Nous ne partons pas directement vers une grève, mais les postiers prendront chacun leur responsabilité.

 En mars, vous annonciez avoir porté plainte contre l’actuel DG de la Poste Michaël Adande sur sa gestion de l’entreprise. Qu’en est-il de cette procédure ? Que reprochiez-vous à ce dernier depuis qu’il est à la tête de la Poste SA ?

Oui en effet, en mars on avait annoncé une plainte contre la direction générale du président directeur général monsieur Michaël Adande. Le 25 février, nous avons porté plainte. Malheureusement, jusqu’à ce jour cette plainte n’a pas aboutie. Nous avons fait une relance le 20 juillet 2020 après le confinement et toute la période du Covid-19. Nous continuons à attendre de voir de quoi sera fait le lendemain par rapport à nos attentes. Nous ne comprenons pas aussi très bien pourquoi ces plaintes, n’aboutissent pas. Nous ne voulons pas pour l’heure mettre la charrue avant les bœufs. Nous continuons d’espérer que nous sommes dans un pays de justice et la justice sera rendue. Il n’y a pas une justice pour les faibles et une justice pour les plus forts. Nous avons foi en la justice et nous espérons que les plaintes du syndicat contre la direction générale sur les malversations financières avec les preuves irréfutables, nous espérons que cette fois ci, ces plaintes aboutiront.

 La poste SA va-t-elle sortir de cette crise un jour ?

Chérubin Claver Bayonne : L’image de la Poste a été écornée. Il est possible de redorer son blason. Tout passera d’abord par le choix du gouvernement de la république de l’homme qui va désormais présider aux destinées de la Poste SA. Un technocrate rompu à la tâche, devra s’entourer des personnes hautement qualifiées, dynamiques, engagées et qui ont à bras le cœur évidemment la chose de la Poste. La Poste est quand même une société assez atypique et particulière et nous avons besoin vraiment de personnes qui aiment la Poste, soient engagées, aiment le travail qu’ils font pour pouvoir aider à sortir la Poste de ce marasme dans lequel nous vivons.

Tout passe par le recentrage des activités sur les pôles du courrier et du colis et toute la partie financière qui est consacrée par le centre de chèques postaux et la caisse d’épargne postale. Nous ne pourrons rien faire sans les nouvelles technologies. Nous pourrions greffer tous les nouveaux services à valeurs ajoutées autour de ces deux pôles d’activités. Il sera possible d’intégrer le partenariat public-privé, ouvrir le capital. Il y a encore des choses à faire. Il est encore possible de relancer la Poste. Plus tôt on le fera, mieux ça voudra.

 Un message aux usagers de la Poste et à vos collègues, agents de la Poste ?

Chérubin Claver Bayonne : Mon message de fin est un vecteur qui aura 3 composantes. Les caractéristiques de ce vecteur, s’adressent aux plus hautes autorités, aux usagers et collègues de la Poste.

Aux plus hautes autorités, nous pouvons simplement dire que les partenaires sociaux ont joués leurs rôles d’informateur, de régulateur et de mise à niveau de l’information pour que toute décision qui sera prise, soit prise de manière ouverte, de manière sûre et sans ambages. Nous avons foi en notre gouvernement de la République. Nous avons foi aux plus hautes autorités qui ont un regard sur toutes les sociétés étatiques et para-étatiques. La Poste ne restera pas dans les tiroirs aujourd’hui.

Nous savons tous que la direction générale de la Poste a montré ses limites dans le management et dans la gestion. Il est plus qu’urgent de mettre une nouvelle équipe qui viendra relever les challenges de manière à pouvoir relancer la société.

Aux usagers, nous pouvons simplement dire qu’aucune Poste au monde ne peut fermer car la Poste est une partie du service universel. Le service universel est financé par l’État. Aucun État au monde ne peut mourir. La Poste SA étant sous la tutelle de l’État. Que les usagers n’aient pas peur, qu’ils soient confiants, car la Poste renaîtra de ses cendres.

Aux collègues, en dehors de toutes les tribulations vécues depuis ces 5 dernières années, toutes les difficultés vécues, nous devons nous resserrer. Mains dans les mains, nous devons avoir un objectif commun. Celui de la relance d’abord de notre chère Poste et demain un jour nouveau pour un nouveau soleil.

Info241, je vous remercie.

Propos recueillis par BBO


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article