Vie des partis

Le parti au pouvoir au Gabon célèbre ses 51 ans d’hégémonie sans Ali Bongo malade !

Le parti au pouvoir au Gabon célèbre ses 51 ans d’hégémonie sans Ali Bongo malade !
Le parti au pouvoir au Gabon célèbre ses 51 ans d’hégémonie sans Ali Bongo malade ! © 2019 D.R./Info241

Ali Bongo sera le grand absent des festivités commémorant les 51 ans du Parti démocratique gabonais (PDG), fondé le 12 mars 1968 par son père Omar Bongo. Des festivités qui se tiendront toute cette semaine dans la capitale gabonaise et marquées par l’absence tonitruante du président de ce parti, toujours en exil médical au Maroc alors que l’opposition gabonaise continue d’appeler à la vacance de pouvoir.



Le PDG est en fête. Et pour cause, le parti présidentiel qui n’a jamais perdu la moindre élection organisé dans le pays depuis sa création en 1968, célèbre ses 51 bougies. Une fête d’anniversaire malheureusement fortement teintée par les ennuis de santé d’Ali Bongo, son président. Absent du territoire gabonais depuis près de 6 mois avec des retours furtifs de quelques heures, Ali Bongo ne sera pas de la fête.

Les militants l’excuseront d’emblée pour cette absence, la première depuis l’histoire du parti sans son président. En l’absence d’Ali Bongo, c’est le secrétaire général du parti, Eric Dodo Bounguendza, qui sera en première ligne. Un vernissage d’un livre est prévu ce lundi après-midi au siège du parti en ouverture des festivités. Livre hommage au président malade intitulé « Discours du distingué camarade président du Parti démocratique gabonais, Ali Bongo Ondimba : 2009-2017 ».

La fin des cérémonies fastes ?

Fait curieux, plutôt que des célébrations fastes auxquelles le parti était habitué, le parti présidentiel a dû réduire ses ambitions à la baisse. Par exemple, le programme des festivités prévoit pour la journée du mardi 12 mars, jour-j, des messes dans les neuf provinces. Un besoin de recueillement religieux pour rendre hommage aux militants disparus mais certainement pour prier pour le président toujours en convalescence au Maroc. Une nécessité de l’heure !

Rappelons qu’Ali Bongo qui a hérité du parti hégémonique à la mort de son père, a été victime d’un accident vasculaire cérébral d’abord présenté d’abord par les autorités comme une « fatigue passagère » le 24 octobre en Arabie Saoudite. Depuis, Ali Bongo est apparu que rarement devant les Gabonais qui continuent de s’interroger sur ses capacités à demeurer à la tête du pays, car affaibli par la maladie. D’où les appels incessants de l’opposition à l’activation de la vacance de pouvoir.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article