Démocratie

Le Projet d’appui au dialogue démocratique au Gabon livre ses conclusions

Le Projet d’appui au dialogue démocratique au Gabon livre ses conclusions
Le Projet d’appui au dialogue démocratique au Gabon livre ses conclusions © 2020 D.R./Info241

Les ateliers de formation du Projet d’appui au dialogue démocratique au Gabon (PADD) se sont achevées hier par un atelier final de restitution à Libreville. Le projet financé par l’Union européenne est mis en œuvre par le Centre européen d’appui aux élections (ECES) dans quelques pays de la sous-région. Au Gabon, il est abrité par le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG).

Lire aussi >>> Cinq jours pour penser et armer les acteurs électoraux du Gabon

Cette dernière activité a permis la restitution des travaux effectués en octobre dernier avec les acteurs électoraux institutionnels et non institutionnels que sont les partis politiques et les organisations de la société civile. Ces ateliers avaient permis le renforcement des capacités des acteurs électoraux sur 7 modules tournant autour de la tenue d’élections.

La photo de famille des participants

L’atelier de clôture de ce lundi, a de ce fait eu pour objectifs de réunir les participants aux deux assises d’octobre afin de leur présenter la synthèse des échanges, de faire partager les recommandations, de permettre aux deux groupes d’acteurs électoraux de discuter sur leurs points de convergences et de divergences du processus électoral au Gabon. Cet atelier a également permis de formuler des propositions pour un meilleur climat dans la tenue des élections.

M. Idrissa Traoré, l’expert ECES, a présidé les travaux et ainsi encouragé les participants à proposer des pistes de solutions. C’est ainsi qu’il a été suggéré de créer des modules de formation dans les universités et grandes écoles pour obtenir une expertise locale sur la tenue des élections, l’implication effective du Centre gabonais des élections (CGE) dans la confection du fichier électoral, etc. M. Essono, membre de cet organe, a décrié le monopole du ministère de l’Intérieur. Ce qui ne cadre pas avec les dispositions contenues dans le Code électoral du Gabon.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article