Visite politique

Non, la visite d’Ali Bongo à Cocotiers était tout sauf inopinée !

Non, la visite d’Ali Bongo à Cocotiers était tout sauf inopinée !
Le président Ali Bongo aurait fait plus de 1,2 km de marche pour aller à la rencontre des populations de Cocotiers © 2016 D.R./Info241

Victime d’assaillantes attaques d’une opposition quelque peu divisée mais féroce, Ali Bongo s’est rendu hier à Cocotiers, un quartier sous-intégré du 2e arrondissement de la capitale gabonaise, réputé hostile au pouvoir.

Cette visite loin d’être innocente et impromptue comme l’a vanté la communication présidentielle, a permis à celui dont l’envie brûle de briguer un second mandat de marcher sur les « terres » Librevilloises de l’opposition gabonaise ! Un pied de nez donc à ses détracteurs. Mieux, une démonstration de force de la popularité supposée du président sortant.

Une visite longuement prévue à l’avance !

Cette visite pourtant vendue par voie de presse comme inopinée, est loin de l’être au regard de l’important dispositif de marketing politique constaté sur les lieux. On pouvait y voir des jeunes arborer des tee-shirts et des banderoles où l’on pouvait lire des slogans dignes d’une campagne présidentielle de type « Ya Ali. Aujourd’hui, les Gabonais de Cocotiers te disent oui » ou encore « Ali Bongo Ondimba, l’homme de la situation pour 2016 ». La campagne pour la présidentielle de 2016 est dors et déjà lancée !

Des jeunes mobilisés et fièrement vêtus pour la circonstance

Quand on sait le temps nécessaire à la fabrication et à la conception de tels produits sérigraphiques, on ne peut qu’affirmer qu’il s’agisse là d’une visite âprement préparée. Mieux, Ali Bongo a révélé lui-même, dans un reportage conçu par la presse présidentielle et diffusé au 20h de Gabon Télévision, avoir été invité par des « jeunes ». Ces jeunes seraient donc selon toute vraisemblance, ceux du fan club Eloi Nzondo, du nom de l’un des nombreux conseillers politique du président gabonais Ali Bongo. Inopiné, vous avez dit inopiné ?

Ali Bongo sur les « terres » de l’opposition

Sinon comment comprendre et croire que l’actuel locataire du palais du Bord de mer dont le bail expire en octobre, se serait amusé à s’aventurer en terrain « hostile » si ce n’est pour tenter de faire mentir ses opposants sur son impopularité. Et donc, de marquer des points face à une opposition bien décidée à freiner l’important demi-siècle d’hégémonie de l’unique parti politique qui préside aux destinées des Gabonais.

Un langoureux bain de foule

Ali Bongo bien au fait de l’image politique que pouvait revêtir une telle visite a martelé : « Ce sont des mythes quand on dit des quartiers de l’opposition... Chaque fois que je me suis rendu dans des quartiers dit difficiles, j’ai pu discuter avec des compatriotes ». On notera bien volontiers l’intentionnalité d’Ali Bongo à déconstruire publiquement les « mythes » de l’opposition.

Un second reportage, toujours de la presse présidentielle, relatait les travaux de voiries entamées dans ce quartier sous-intégré de Libreville en prélude à cette visite. Ces travaux semblent donc avoir été inscrits dans le droit fil de cette sortie « inopinée » de ce samedi dans ce quartier réputé frondeur au pouvoir.

Une arrivée en fanfare

Le président Ali a sillonné, dans un décompte officiel, près de 1,2 km en se rendant dans ce quartier (rien que ça !) où l’attendait des groupes sociaux-culturels, une importante sonorisation, mais aussi et surtout des jeunes vêtus de tee-shirts acquis à sa cause. Le clou de cette arrivée en trombes a été son entrain à faire une partie de songo, un jeu de calcul traditionnel. Un jeu dont on ne doute pas qu’il ait appris les règles avant son arrivée « inopinée » !

L’humour de Pahé sur la maîtrise d’Ali Bongo du songo

Sur le fond de cette visite, Ali Bongo a indiqué y être allé pour porter un message de paix et de solidarité sans qu’on ne sache en quoi le choix de ce quartier serait symbolique de cette « message ». Le président gabonais y est surtout allé pour vanter son engagement à lutter contre les inégalités. Un engagement, au demeurant, peu visible dans ce quartier, ce qu’il a lui-même reconnu. Donc ?

Cette sortie montre bien qu’elle n’avait rien à voir avec les prérogatives présidentielles mais avec celles d’un candidat sortant bel et bien en pré-campagne dans la lutte sans merci pour la prochaine présidentielle qui s’annonce déjà très ouverte.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article