Réaction politique

RPM sur l’arrivée d’Ossouka : « le problème du Gabon, c’est d’abord Ali Bongo lui-même » !

RPM sur l’arrivée d’Ossouka : « le problème du Gabon, c’est d’abord Ali Bongo lui-même » !
RPM sur l’arrivée d’Ossouka : « le problème du Gabon, c’est d’abord Ali Bongo lui-même » ! © 2020 D.R./Info241

Depuis son siège du centre-ville de Libreville, le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM, opposition), a dressé samedi un tableau sombre de l’état du Gabon. Et selon lui, Rose Christiane Ossouka Raponda, la nouvelle cheffe du gouvernement gabonais n’y pourra rien.

Dans une déclaration lue par son secrétaire exécutif, Faustin Laurent Bilie Bi Essone, le parti d’Alexandre Barro Chambrier n’a pas fait dans la dentelle contre le nouveau gouvernement. Le ton haut et affirmé, l’ancien cadre du Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité) de Paul Mba Abessole a dit, au nom de sa chapelle politique : « Il n’y a rien à attendre de cet énième changement à la tête du gouvernement ». Pour le RPM, « en réalité, le problème du Gabon, c’est d’abord Ali Bongo lui-même, sa conception du pouvoir, son manque de vision et sa propension à la démagogie ».

Après avoir cité quelques manquements compris entre le réseau routier défectueux, l’absence d’une politique en matière d’éducation, de santé et de l’employabilité des jeunes, le RPM souligne sans hésitation que le nouveau Premier ministre a beau être une femme, ce qui à ses yeux semble être la dernière trouvaille du pouvoir pour tenter de séduire le plus largement possible les Gabonais, Rose Christianne Ossouka ne réussira pas là où cinq autres anciens premiers ministres se sont relayés avant elle, en onze ans de magistère d’Ali Bongo. D’ailleurs, le RPM pense qu’elle se sera qu’une faire-valoir qui sera elle aussi remerciée le moment venu.

Revenant sur les dernières actualités intervenues au Gabon ces derniers temps, le RPM a de nouveau condamné les articles répressifs 267 et 221 qui, selon lui, restreignent considérablement les libertés fondamentales des Gabonais qui ne peuvent plus douter de la filiation d’autrui d’une part. Et d’autre part, pour les ministres du cultes, qui sont désormais exposés à des poursuites judiciaires pour avoir prodigué un sermon plus ou moins engagé.

Bilie Bi Essone est revenu sur la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon que son parti rejette avec la dernière énergie. Et pour couronner le tout, le RPM a dit soutenir l’initiative d’une pétition lancée à ce propos par Guy Nzouba Ndama afin que le gouvernement revienne sur sa décision.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article