Succession d’Ahmad Ahmad

Election à la présidence de la CAF : quid des 4 candidatures validées par la FIFA

Election à la présidence de la CAF : quid des 4 candidatures validées par la FIFA
Le visage de quatre candidats retenus par la CAF © 2021 D.R./Info241

Après la commission de gouvernance de CAF, la commission de contrôle de la FIFA a donné son aval à quatre candidats pour remplacer le Malgache Ahmad Ahmad. C’est donc Jacques Bernard Daniel Anouma (Côte d’Ivoire), Patrice Tlhopane Motsepe (Afrique du Sud), Augustin Emmanuel Senghor (Sénégal) et d’Ahmed Yahya (Mauritanie) qui seront en lice le 12 mars prochain à Rabat pour remplacer le président sortant, accusé de corruption. Retour sur le profil des prétendants au fauteuil de patron du football africain.

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> Présidence de la CAF : 2 candidatures retenues, 2 en sursis et Ahmad Ahmad recalé !

Le Mauritanien Ahmed Yahya a été un des premiers à se réjouir publiquement du fait que son dossier ait été validé par la Commission de la FIFA. Elu en 2011 à la tête de Fédération nationale du football mauritanien, Ahmed Yahya lancera plusieurs projets pour développer le football dans son pays, dont l’équipe pointe alors à la 190e place du classement FIFA (101e aujourd’hui). Trois ans plus tard, la Mauritanie se qualifie pour le Championnat d’Afrique des nations (CHAN). Et en 2019, les Mourabitounes décrochent leur première participation à la Coupe d’Afrique des nations (CAN). A la tête de la Caf, le fondateur du FC Nouadhibou, le club de sa ville natale, promet de ne pas fléchir quand il s’agira de défendre le football africain.

L’autre grand candidat est l’ancien avocat, Patrice Motsepe. Beau-frère du président sud-africain Cyril Ramaphosa, il a fait fortune dans l’exploitation de mines. Il possède les Mamelodi Sundowns, club basé à Pretoria, qui fait partie depuis plusieurs années des 10 meilleurs clubs africains et a réalisé le triplé en Afrique du Sud la saison passée. « Il est la personne la plus apte que nous pouvons présenter pour ce poste. Nous ne voulons plus de problèmes éthiques à la tête de la CAF », a déclaré Danny Jordaan, président de la Fédération sud-africaine.

Egalement en lice, Augustin Emmanuel Senghor. Il dirige la Fédération sénégalaise de football (FSF) depuis 2009. Cet avocat, également maire de Gorée, a déposé sa candidature à la date limite, à la mi-novembre, en anticipant le sort réservé à Ahmad Ahmad, dont il était parfois présenté comme un « plan B ». Senghor (56 ans) pense que pour mieux gérer l’instance faitière du football africain, « il faut s’inscrire dans une logique rigoureuse de management et de gouvernance ».

Enfin, l’Ivoirien Jacques Bernard Daniel Anouma. Élu président de la Fédération ivoirienne de football en 2002, ses reformes et sa vision innovatrice de l’organisation du football ivoirien font de lui, un homme de confiance qui portera le football de son pays sur la scène mondiale. Ayant tout donné à la Cote d’Ivoire sur le plan du football, Jacques Anouma entend désormais enfiler ses godasses pour défendre le football africain.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article