Rapports d’audit

Fonds Covid-19 : le Gabon refuse de dire ce qu’il a fait de plus de 80% du prêt alloué par le FMI

Fonds Covid-19 : le Gabon refuse de dire ce qu’il a fait de plus de 80% du prêt alloué par le FMI
Fonds Covid-19 : le Gabon refuse de dire ce qu’il a fait de plus de 80% du prêt alloué par le FMI © 2022 D.R./Info241

Après la publication ce 16 juin du rapport d’audit du cabinet Deloitte sur la gestion du Fonds spécial Covid-19 issu du prêt du FMI, l’on comprend mieux la fébrilité des autorités à publier ce rapport controversé daté 16 mai qui était pourtant attendu depuis septembre 2021. Les autorités gabonaises ont ainsi refusé d’expliquer comment a été utilisé plus de 80% du montant du prêt contracté auprès du FMI soit 145 milliards. Le rapport d’audit 2021 ne portant que sur 32,2 milliards des 177,2 milliards alloués. De plus, l’auditeur indépendant choisi par le gouvernement a refusé de valider les dépenses des autorités de l’année 2020 et a émis des réserves sur celles de 2021.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Fonds Covid-19 : le Copil Citoyen réclame les têtes d’Ossouka Raponda et d’Obiang Ndong

Le gouvernement gabonais continue de manquer de transparence dans la gestion de la chose publique. Le Fonds spécial Covid-19 en est encore la parfaite illustration. Après avoir refusé de publier le rapport sur la gestion de ces fonds, le Gabon mis sous pression par le FMI, a dû finalement s’y résoudre. Au lieu de montrer patte blanche sur l’ensemble des fonds reçus, les autorités gabonaises ont préféré ne porter l’audit que sur un peu moins de 1/5 du financement d’urgence du FMI au titre de l’Instrument de financement rapide (IFR).

Le ministre de la Santé mis à l’index dans cette gestion scabreuse

Pour la période allant du 31 mars au 31 décembre 2020, le rapport d’audit indépendant est très clair : "Nous ne sommes pas en mesure d’exprimer une opinion favorable sur les états financiers ci-joints du Fonds Spécial de lutte contre l’épidémie du Coronavirus". Et pour cause, "nous n’avons pas obtenu des différentes parties prenantes à notre mission (Agence Comptable du COPIL, Services du Ministère du Budget et des comptes publics et, Ministère de la Santé) les éléments probants suffisants et appropriés pour fonder une opinion d’audit sur ces états financiers", précise Deloitte.

Pour l’exercice 2021, le cabinet d’audit choisi par le ministère de l’Economie et de la Relance est là encore très réservé. Il fonde son opinion sur la "limitation à nos diligences d’audit, en raison de la non-exhaustivité de la documentation relative à la réception d’une dépense d’un montant de 5 166 millions FCFA enregistrée dans la rubrique des fournitures spécifiques de santé". Mais aussi la "limitation à nos travaux d’audit sur la rubrique comptable « Services Extérieurs (SPG) » et « Subventions des provinces (consignation des fonds dans les TP) »."

A ces écueils à sa mission d’audit des comptes, Deloite cite également les "limitations à nos travaux d’audit, en raison d’insuffisances sur le contrôle interne liées aux recettes générées par les activités du COPIL" et la "Réserve pour désaccord sur les décaissements significatifs non enregistrés". D’où la décision de ce cabinet indépendant de considérer l’exercice 2021 de ce fonds spécial comme "Opinion avec réserves". De quoi laisser songeur sur l’utilisation réel de ces fonds par les autorités gabonaises.

Cliquer ici pour télécharger le rapport d’audit 2020
Cliquer ici pour télécharger le rapport d’audit 2021

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article