Femmes Actives
Canalisations

Intempéries à Port-Gentil : les mêmes causes produisent toujours les mêmes dégâts !

Intempéries à Port-Gentil : les mêmes causes produisent toujours les mêmes dégâts !
Intempéries à Port-Gentil : les mêmes causes produisent toujours les mêmes dégâts ! © 2021 D.R./Info241

La saison des pluies et les habitations au Gabon et à Port-Gentil en particulier, ne font pas bon ménage. La fin des vacances et la fin de la saison sèche, donnent des mauvais souvenirs et des sueurs froides aux populations de la capitale économique gabonaise en cette petite saison de pluie. Car avec son lot d’intempéries, elle ferait craindre plus d’un. La dernière averse tombée dans la capitale économique dans la nuit du dimanche 5 aux environs de 00h30, au lundi 6 décembre 2021 au petit matin, a bel et bien donné une toute petite idée de ce que vivront les Port-Gentillais dans les prochains jours.

Info241 sur Whatsapp

Avec le retour imminent des pluies, certains ont été confrontés à la boue, grosses mares d’eau et à plusieurs lacs artificiels à bien des endroits de la ville d’Emilie Gentil. Mais surtout, aux canalisations bouchées, aux déchets hors des canaux d’évacuation et aux rues transformées en mini-lacs en pleine ville.

Un spectacle bien connu

De quoi inquiéter plus d’un. Plusieurs riverains de la ville considérée comme étant le poumon économique du Gabon, parmi les sinistrés, se sont faits du mauvais sang ce lundi noir, à l’idée de devoir revivre le calvaire des saisons écoulées. Certains d’entre eux se sont encore souvenus, de la forte pluie tombée le 10 mars 2021. Elle avait laissé un spectacle accablant, marqué par un lot d’inondations qu’accompagnaient des tas de détritus.

Une vue des quartiers sinistrés

« Chaque année, c’est le calvaire que nous populations de seconde classe vivons. Il suffit d’une toute petite goutte d’eau pour que nous nous retrouvions tous inondées. Et y a 10 mois en arrière, c’était pire. Il a plu depuis samedi je crois, et voici le résultat du manque d’aménagement des routes de la capitale économique. L’eau vient nous retrouver dans les maisons, les chambres et douches. Les services compétents nous regardent sans rien faire », se désole Davis Mounguengui enseignant dans le secteur privé.

La désolation des populations

Certains se seraient permis de croire que la saison sèche était le moment propice pour curer les canalisations, balayer les rues, ou encore les désensabler, afin de parer à la horde des malheureux qu’entraîne dame pluie. Et ce, dans la mesure où il faut prévenir plutôt que guérir. Mais pas grand chose n’a été fait allant dans ce sens. Certains canaux d’évacuation peinent à être correctement entretenus. Ils se retrouvent menacés par les déchets. Comme c’est le cas au quartier Pavés Centre-Social, sis dans le deuxième arrondissement de Port-Gentil. Au quartier Matiti 1/2 situé dans le quatrième arrondissement, c’est le même constat.

Une autre

Aux Pavés Centre-Social par exemple, comme on le voit sur cette image, là-bas, une énorme flaque d’eau s’est formée en pleine chaussée, contribuant de facto, à la dégradation de celle-ci. Là-bas, à chaque inondation, c’est la pêche à outrance. Les populations ne partent plus vers les produits halieutiques. Ce sont par contre les produits halieutiques qui viennent vers elles. Elles-y pêchent des silures, carpes et crevettes pour ne citer que ceux-là.

« La mairie n’a pas bougé le petit doigt dans ces quartiers-là. Sinon ils ne devraient pas se retrouver inondés. Pour une simple petite ville, on y trouve tous les problèmes du monde. Que le gouvernement tape du poing sur la table et prenne des mesures concrètes dans l’optique d’endiguer le phénomène des inondations dans la capitale économique », propose à la collectivité locale Aurélien Mouayombet, un résident du quartier Matiti 1.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article