L'info en bref...

La justice gabonaise casse le mandat de dépôt d’une directrice d’école après la mobilisation de ses pairs

La justice gabonaise casse le mandat de dépôt d’une directrice d’école après la mobilisation de ses pairs
La justice gabonaise casse le mandat de dépôt d’une directrice d’école après la mobilisation de ses pairs © 2021 D.R./Info241

News sur WhatsApp

Estelle Mengue Nteme est désormais une femme libre. Le tribunal de Libreville a levé lundi, le mandat de dépôt qui pesait contre elle depuis le 29 janvier. La directrice de l’école publique de Nianame (Kango) avait été jeté en prison pour n’avoir pas présenté un résultat de test Covid-19 à un poste de contrôle. Une incarcération qualifié d’abus de pouvoir par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) qui avait appelé à sa libération immédiate.

Lire aussi >>> La Conasysed menace de faire grève suite à l’arrestation « abusive » d’une directrice d’école

La mobilisation de ses pairs enseignants a finalement porté ses fruits. La justice ayant finalement décidé hier de la levée de son incarcération après 25 jours passés en prison. «  Nous tenons à remercier Dieu le créateur pour notre collègue Mengue Nteme Estelle qui a recouvrée la liberté ce lundi 22 février 2021, et qui nous a soutenu dans cette preuve. Nous tenons également à remercier les enseignants et les non-enseignants qui ont fait preuve de solidarité à tous les niveaux pour sa mise en liberté  », a déclaré le délégué général de la Conasysed, Louis-Patrick Mombo.

A l’origine l’enseignante et directrice d’école avait été condamnée à 60 jours de prison dont 35 jours avec sursis, pour outrage à un agent des forces de l’ordre. La Conasysed avait appelé le 8 février à la suspension des cours pour obtenir sa libération.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève