Bout du tunnel

Le CHU de Libreville pourrait enfin finir avec ses problèmes de fourniture en eau potable

Le CHU de Libreville pourrait enfin finir avec ses problèmes de fourniture en eau potable
Le CHU de Libreville pourrait enfin finir avec ses problèmes de fourniture en eau potable © 2022 D.R./Info241

Nombreux sont les patients du CHU de Libreville, le plus grand du Gabon, qui se plaignent des problèmes d’accès à l’eau potable dans cet établissement sanitaire. Cette difficulté serait bientôt de l’ordre du passé à en croire une réunion tenue ce vendredi entre la direction du CHUL et une délégation des membres du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et de l’assainissement (PIAEPAL).

Info241 sur Whatsapp

Le gouvernement gabonais veut mettre un terme définitif au stress hydrique qui accable depuis des années le CHU de Libreville. La solution viendrait ainsi du PIAEPAL qui a annoncé que l’établissement sanitaire serait dans la short-list des sites administratifs retenus par les autorités pour venir à bout des problèmes d’eau potable.

Une vue de l’hôpital public soumis à un stress hydrique sans fin

Ainsi, les travaux de réhabilitation et de renforcement des capacités des équipements de distribution d’eau au CHUL devraient démarrer dans les meilleurs délais, selon Djibril Diagne, chef de projet de la Banque africaine de développement (BAD), principal soutien financier du PIAEPAL. Une bonne nouvelle pour le CHUL qui en a grandement besoin.

Rappelons qu’obsolètes et parfois insuffisamment entretenus, les équipements de production et de distribution d’eau potable du plus vieil et plus grand hôpital du Gabon peinent à fournir 300 000 litres par jour de consommation d’eau aux patients et pour le bon déroulement de ses activités au quotidien. Aucun délai d’exécution n’a pour l’heure été communiqué.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article