Classement

Le Gabon gagne 4 places au classement RSF de la liberté de la presse dans le monde mais...

Le Gabon gagne 4 places au classement RSF de la liberté de la presse dans le monde mais...
Le Gabon gagne 4 places au classement RSF de la liberté de la presse dans le monde mais... © 2022 D.R./Info241

Le classement 2021 de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières (RSF) est connu depuis ce 20 avril. Selon cette organisation internationale engagée pour la liberté de la presse dans le monde, le Gabon gagne quatre places supplémentaires. Le pays d’Ali Bongo passe ainsi de la 121e place mondiale à la 117e sur 180 pays. Une position que le pays pourrait perdre avec la salve de sanctions et de menaces contre la presse lancées dernièrement par le gouvernement contre des publications jugées hostiles au pouvoir en place.

Info241 sur Whatsapp

Le Gabon fait un léger mieux au classement 2021 de la liberté de la presse de RSF. Il obtient un score de 61,10 points sur une échelle 100 en 2021 contre 62,80 points l’année précédente. Ainsi, il se classe juste après le Guatemala et devance le Congo de Denis Sassou Nguesso, la Malaisie et le Nigeria. La Norvège et l’Érythrée occupent respectivement les places de meilleur élève et de dernier de la classe.

Cette montée s’explique selon RSF tout simplement grâce à l’octroi par l’État gabonais d’une aide à la presse redistribuée équitablement. Et surtout, à cause de l’ouverture franche d’un dialogue entre les acteurs du domaine et les plus hautes autorités du pays. Le Code de la communication de 2016 a contribué à des améliorations significatives tout en mettant fin aux peines privatives de la liberté pour les délits de presse. Il permet également des mesures de réglementation autoritaires contre la presse et la production audiovisuelle, écrite, numérique et cinématographique.

« Depuis sa mise en place, en 2018, la Haute autorité de la communication (HAC) a multiplié les sanctions arbitraires. Les médias et les journalistes publiant des articles critiquant le président, son entourage ou des proches du pouvoir ont subi des suspensions à répétition qui n’ont d’autre but que de protéger les intérêts du régime. L’organe de régulation est allé jusqu’à suspendre un journal qui dénonçait justement le caractère arbitraire de ces sanctions systématiques  », insiste RSF qui n’oublie pas que la HAC est devenue le bourreau des médias gabonais.

Toutefois, l’organisme précise néanmoins que, les autorités gabonaises ont contribué davantage à ballonner la presse en général grâce à la HAC surnommée la « hache » en renforçant l’autocensure sur des questions sensibles. Et la situation économique précaire du pays ainsi que des organes de presse, ne favorise en rien l’amélioration du climat des affaires. « La culture d’une presse libre et indépendante peine à s’établir, y compris en ligne, où le Gabon a rejoint la longue liste des pays cybercenseurs en coupant internet en marge d’une tentative de coup d’État, en 2019 », relève RSF.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article