Causerie politique

Mauvaise gestion du Gabon : une plateforme de femmes de l’opposition gabonaise va écrire à la France !

Mauvaise gestion du Gabon : une plateforme de femmes de l’opposition gabonaise va écrire à la France !
Mauvaise gestion du Gabon : une plateforme de femmes de l’opposition gabonaise va écrire à la France ! © 2022 D.R./Info241

C’est ce qui ressort d’une causerie organisée ce dimanche au quartier Haut de Gué-Gué dans le 1er arrondissement de la commune de Libreville par le regroupement des femmes de l’opposition Djoui L’akassi (la voix des femmes). Une sortie qui intervient quelques mois seulement après la présentation officielle de cette plateforme au grand public.

Info241 sur Whatsapp

Au cours de cette première étape d’échanges les femmes réunies au sein de cette coalition ont abordé les maux qui minent la société gabonaise et qui freinent le développement du pays selon ces dernières. Au nombre de ces maux, le problème de l’éducation dans le pays. L’Etat ne construit plus les écoles. Les écoles primaires sont transformées en établissements secondaires. A cela s’ajoute l’insécurité qui règne au sein des établissements scolaires, le phénomène d’échec scolaire, la grève des enseignants.

Marie Rose Melighe-Me-Ngwa, coordinatrice générale de Djoui L’akassi

« On ne vit que des promesses. On ne vit que des maquettes. Les 5000 logements promis n’ont jamais été réalisé », ont dénoncé les femmes au sujet de la question de logements décents promis par Ali Bongo depuis 2009. Elle suggère aux dirigeants d’associer les partis de l’opposition dans les affaires de l’Etat. « Personne n’a le droit de rejeter l’autre. Nous sommes complémentaires. Que les femmes du PDG m’entendent », a martelé l’une des oratrices.

Les femmes du quartier Haut de Gué-Gué ont été invitées à rejoindre massivement Djoui L’akassi qui par la voix de sa coordinatrice générale Rose Melighe-Me-Ngwa a annoncé avoir écrit au président français Emmanuel Macron car la France d’après ces dernières, est la main noire qui agit dans la gestion du pays. « Nous avons décidé d’écrire au président Macron, nous allons tout lui dire », a annoncé Marie Rose Melighe-Me-Ngwa, coordinatrice générale.

D’autres causeries seront initiées dans les artères de la capitale gabonaise et ses environs et même à l’intérieur du pays à l’orée de l’élection présidentielle de 2023 par la coalition des femmes de l’opposition pour le changement au Gabon. Djoui L’akassi regroupe une dizaine de partis suivants de l’opposition parmi lesquels l’Union nationale (UN), le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), le Rassemblement pour le Gabon (RPG), Les Démocrates (LD), le Mouvement du redressement national (MORENA).

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article