Nouveau gouvernement

RHM se désolidarise de Michel Menga M’Essone, entré au gouvernement d’Ali Bongo

RHM se désolidarise de Michel Menga M’Essone, entré au gouvernement d’Ali Bongo
Le nouveau ministre de l’Habitat bientôt radié de son parti politique © 2018 D.R./Info241

Après Jean de Dieu Moukagni Iwangou hier soir, le gouvernement éphémère d’Ali Bongo continue de faire des siennes quelques heures seulement après son dévoilement. Cette fois, c’est le tout nouveau ministre de l’Habitat Michel Menga M’Essone qui vient d’écoper une sanction de son parti Héritage et Modernité (RHM, opposition radicale). Le désormais ancien secrétaire général a été suspendu de ses fonctions cet après-midi, en attentant sa totale radiation des rangs de ce parti.

Info241 sur Whatsapp

Le nouveau gouvernement d’Ali Bongo ne fait pas que des heureux. Michel Menga M’Essone qui a accepté d’en faire partie, vient d’être radié du parti d’opposition RHM. C’est le sens de la déclaration lue cet après-midi par le secrétaire général adjoint de cette formation politique Faustin Laurent Bilie Bi Essone. Décision prise visiblement sans l’accord du parti qui pour éviter « toute confusion dans les rangs de l’opposition » a décidé de se désolidariser de cette nomination qui fait grand bruit depuis hier nuit.

Ainsi pour RHM, « c’est donc à titre personnel que Monsieur Michel MENGA M’ESSONE fait son entrée au Gouvernement. Sa décision n’engage pas le RHM ». Non sans y voir là, la parfaite illustration des « basses manœuvres politiciennes que les gabonaises et les gabonais rejettent ». Pour RHM, cette nomination « vise à discréditer et à affaiblir l’opposition afin de démobiliser nos compatriotes ».

En foi de quoi « en application des dispositions de l’article 132 de nos Statuts et en attendant l’application des dispositions subséquentes, Monsieur Michel MENGA M’ESSONE ne peut plus assumer les fonctions de Secrétaire Général du RHM ». Critiquant vertement le choix cavalier de Menga M’Essone, le parti dit ne pas ignorer « la rudesse et les nombreux sacrifices qu’exige la lutte politique pour l’avènement de la démocratie, l’Etat de droit et la libération de notre pays ».

Ali Bongo et Emmanuel Issoze Ngondet enregistrent là un nouveau couac dans l’ambition clairement affiché de recruter des opposants radicaux pour légitimer un gouvernement qui ne sera responsable que devant Ali Bongo. L’assemblée nationale et ses députés ayant été dissous par la Cour constitutionnelle le 30 avril.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article