Accident

Un militaire gabonais tue par accident une gamine de 9 ans à Fougamou

Un militaire gabonais tue par accident une gamine de 9 ans à Fougamou
Un militaire gabonais tue par accident une gamine de 9 ans à Fougamou © 2022 D.R./Info241

La route continue de faire des victimes au Gabon. Cette fois, une fillette de 9 ans qui est passée de vie à trépas après un banal accident de la circulation à Fougamou (Ngounié, sud du Gabon). La jeune fille qui traversait insoucieusement la voie, a été violemment percutée par le véhicule d’un militaire qui n’a vu qu’à la dernière minute la jeune victime. Malheureusement, elle décédera après son arrivée dans une structure de soins.

Info241 sur Whatsapp

Les parents d’Enis Matamba Matamba (9 ans) sont inconsolables depuis ce lundi dernier. Et pour cause, la gamine a été victime d’un accident mortel alors qu’elle traversait la voie au quartier Dakar de Fougamou, rapportent ce mardi nos confrères de l’Union. Le chauffeur du véhicule mortel est un agent des forces de l’ordre dont l’identité n’a pas été rendue publique.

Les faits se sont produits aux alentours de 17h ce jour-là. La fillette en traversant la route n’aurait pas vu venir le véhicule du militaire qui arrivait à vive allure. Encore moins l’agent de forces de l’ordre dont l’inattention coûtera éternellement la vie à la victime. C’est après le choc que le militaire réalisera la scène macabre dont sa responsabilité venait d’être engagée.

Contrairement à d’autres agents, le militaire conduira tout de même la victime au centre médical de Fougamou. Mais il était déjà trop tard. La fillette succombera à ses blessures en raison du traumatisme crânien issu de l’accident. Un deuil qui a laissé sans voix la famille de la victime qui perd à la fleur de l’âge un de ses plus jeunes membres. Surtout que le militaire était quand à lui en excès de vitesse.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article